Worldmap America Asia Europe Africa Oceania
Receive the newsletter

Logo ICP

Logo ISPC

Des nouvelles d'EuroCat !

Attention: open in a new window. PDFPrintE-mail

Compte rendu de la réunion du bureau d’EuroCat (Chichester, 18-20 mai 2016)

Par Katia Cazzaro Thiévent, Catéchuménat Suisse

Seize délégués nationaux du catéchuménat européens se sont réunis à Chichester, petite ville universitaire du sud de l'Angleterre, pour leur réunion annuelle du 18 au 20 mai 2016, sur le thème de la nouvelle évangélisation et son impact pour l'accompagnement catéchuménal.

1/ Quelques membres de l'équipe anglaise ont partagé leurs expériences accumulées autour de cette réflexion qui a été une thématique "phare" depuis quelques années. Dans leurs travaux préparatoires, ils ont découvert que, en moyenne, seuls 20% des anglais qui se reconnaissent comme catholiques fréquentent la liturgie dominicale. Les raisons de cet éloignement de la vie communautaire sont diverses : d'un simple "laisser-aller" à une rupture volontaire due à un mécontentement ou des blessures, tout comme le constat d'une initiation chrétienne jamais vécue.

Un grand chantier a été alors engagé, à commencer par une prise de conscience de la nécessité d'une nouvelle évangélisation de l'intérieur. Cela s'est traduit, par exemple, par

  • la prise en compte de l'ensemble des membres d'une famille lors de la catéchisation de l'un de ses membres
  • des propositions de partage biblique communautaire
  • de fêtes "hors les murs", comprenant des activités catéchétique
  • des invitations pour participer à la messe de Minuit à transmettre par les paroissiens, distribuées lors des célébrations de l'Avent

Ces options prises ont été confortées par la publication de l'exhortation apostolique La joie de l'Evangile tout comme celle de l'exhortation apostolique post-synodale Amoris laetitia.

 

2/Lors de notre rencontre, Peter McGrail[1] a de plus proposé une réflexion théologique sur ce que nous comprenons par "nouvelle évangélisation". Il a d'abord relevé une contradiction dans le terme. De fait, l'utilisation du terme "nouvelle évangélisation" présuppose qu'une première évangélisation aurait eu lieu ! Or, l'Evangélisation est chaque fois nouvelle. Ce n'est pas un concept abstrait car elle est toujours réalisée dans un contexte concret et se doit d'être incarnée ! Ce qui implique une dimension à la fois ecclésiale et sacramentelle.

La "nouvelle évangélisation" telle que proposée par le Pape François, passe par l'Amour et la contemplation de l'autre. Elle s'appuie sur les textes de Gaudium et Spes 1, ainsi que 22 et 27 et se veut comme un processus, toujours renouvelé, de remise en question personnelle et communautaire.

Peter McGrail a relevé le dynamisme intérieur de l'Evangélisation qui passe par une option préférentielle pour les pauvres, "une écoute radicale et dans le respect" et "une vie concrète" au service de l'Evangile. Ce dynamisme invite tous les participants (prêtres, laïcs, candidats, personnes en questionnement…) à une transformation à travers la rencontre de l'autre/l'Autre[2]. Il y voit également un enracinement dans la vision du Concile Vatican II tout en notant une distinction sur le terrain entre "catholiques de Vatican II" et "catholiques de la nouvelle évangélisation".

Il relève ainsi comme une ligne de faille mettant en lumière deux exigences qui apparaissent inconciliables :

  1. "marcher respectueusement avec les hommes et les femmes, l'apprentissage et la valorisation de leur culture, leurs histoires, leurs perspectives de foi
  2. "parler prophétiquement contre une culture du consumérisme postmoderne, et l'individualisme, de la dépersonnalisation et de l'hédonisme souvent nihiliste"

De ce constat émergent deux réponses différentes à la notion de "nouvelle évangélisation" :

  1. en Amérique latine : se concentrer sur la libération
  2. en Amérique du Nord et en Europe : se concentrer sur la ré-évangélisation de la culture

Il remarque que le catéchuménat se trouve à cheval sur cette ligne de faille en listant les lignes de fractures qu'il a identifiées :

-       nouvelle évangélisation comme libération et comme ré-évangélisation de la culture

-       l'accent ad intra et ad extra

-       l'appel à l'engagement personnel avec l'Evangile – la réponse intrinsèquement communautaire catholique

-       l'accent "au sein de" et la solidarité avec le "monde sans"

De même, il suggère que le catéchuménat peut fournir un cadre dans lequel ce qui précède peut exister sous tension : il offre un seuil, un limen. Le catéchuménat offre à l'Eglise un espace liturgiquement chargé dans lequel les polarités différentes peuvent interagir de façon créative. Ainsi, le catéchuménat se manifeste comme un espace "liminal" sûr pour tous les concernés.

Il cite également James Sweeney[3] disant : "L'Evangélisation est plus qu'inculquer des croyances ; elle ouvre une voie et l'élaboration de pratiques de vie qui l'incarnent. Pour le meilleur ou le pire, ces pratiques évangéliques doivent s'engager avec les pratiques que la vie structure dans le monde séculier… l'ouverture d'un chemin réaliste et efficace est le défi que doit relever l'Église d'aujourd'hui".

Les membres du bureau d’Eurocat ont relevé, quant à eux, la nécessité d'une interaction entre la culture, la société et la vie ecclésiale. Ils se sont également posé la question d'une autre interaction : celle entre interculturalité, sécularisme et inculturation, ceci tout en se demandant comment évangéliser quand la culture n'est plus évangélisée !

3/L'accueil et le programme proposé par l'équipe nationale anglaise (RCIA Network of England & Wales) ont été grandement appréciés. Tout en approfondissant une réflexion faisant écho aux expériences relevées dans plusieurs pays, il a été possible d'avoir un aperçu de la culture anglaise : notammnet la visite de la cathédrale de Chichester, désormais anglicane, a permis d’apprécier la richesse historique des lieux. Nous avons également célébré la messe - rite catholique romain - à deux reprises, dont une fois présidée par Mgr Richard Moth, évêque du diocèse d'Arundel et Brighton, et notre présence aux Vêpres anglicanes a permis de prendre conscience de la dimension œcuménique locale. Cette rencontre se prolongeant par un apéritif offert par le doyen de la cathédrale à son domicile. En ce qui concerne l'interculturalité, elle a été vécue par le "Tea time" dans un "coffee shop". Nous avons aussi vécu un temps convivial en prenant un verre dans un "pub", ancienne église du XIXème siècle.

4/ Tour d’horizon des différents pays représentés.

De l'habituel "tour des pays", je retiendrai principalement l’annonce de la publication d’orientations pastorales pour le catéchuménat en Autriche ainsi que la publication, en Angleterre, de lignes directrices pour un accompagnement des couples au mariage, accompagnement inspiré par le catéchuménat baptismal.

Nos prochains rendez-vous sont fixés :

Rencontre EuroCat : 18-22 mai 2017, à Pècs en Hongrie

Bureau EuroCat : 30 avril–2 mai 2018 à Rome

 

Documents et liens :

Orientations pastorales pour le catéchuménat en Autriche http://www.bischofskonferenz.at/dl/NpLLJKJKKoolOJqx4KlJK/Heft14_Katechumenat.pdf

Autres documents : http://www.katechese.at/katechumenat

 


[1] Prêtre de l'Archidiocèse de Liverpool et professeur à l'université de Liverpool

[2] cf Evangelii Gaudium 199

[3] Faith in Culture, James Sweeney, New Blackfriars 2013, p.156