Mappemonde Europe Asie Amérique Afrique Océanie
Recevoir la newsletter

Logo ICP

Logo ISPC

France

Baptêmes de 3 000 adultes à l’occasion de la Fête de Pâques

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Cette année encore, près de 3000 adultes (2 952) recevront en France, au cours des fêtes pascales des 23 et 24 Avril prochains le baptême, ainsi que les deux autres «sacrements de l’initiation», l’Eucharistie et la Confirmation.

Qui sont ces femmes et ces hommes qui frappent aujourd’hui à la porte de l’Eglise ?

Principalement des jeunes âgés de moins de 35 ans (les deux-tiers), ayant côtoyé le christianisme dans leur enfance et adolescence (plus de la moitié), exerçant des professions d’ouvrier, de techniciens, d’employés de service ou de bureau (plus de la moitié également), et souvent sollicités par des événements heureux comme un prochain mariage, le baptême d’un enfant ou des situations difficiles à vivre : soucis professionnels, deuils, etc.

Les fêtes pascales permettront à ces adultes, ainsi qu’à d’autres baptisés dans leur enfance, de participer également pleinement à l’Eucharistie et de recevoir le sacrement de Confirmation. Pour l’an dernier, 2000 « recommençants » se sont ajoutés aux 2 903 catéchumènes baptisés, sans oublier les 40 000 jeunes de moins de 18 ans qui eux aussi, avaient demandé à l’Eglise d’être confirmés.

Lire la suite : Baptêmes de 3 000 adultes à l’occasion de la Fête de Pâques

 

Catéchuménat et catéchèse, nouvelles perspectives - Assises internationales du Catéchuménat Paris 2010

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Mme Catherine CHEVALIER

En ce début juillet 2010, l’Institut supérieur de pastorale catéchétique (ISPC) en collaboration avec le Service National de la Catéchèse et du Catéchuménat (SNCC) a rassemblé à l’Institut Catholique de Paris (ICP) plus de trois-cent cinquante personnes en provenance d’une trentaine de pays et quatre continents. Venant de contextes où le catéchuménat est implanté de façon très diverse – relevons à titre d’exemple qu’un Service national du Catéchuménat s’est mis sur pied en France en 1964 alors que les diocèses d’Espagne se sont organisés sur ce plan en 2000 – les participants, pasteurs, chercheurs et praticiens étaient réunis pour échanger et débattre autour de l’affirmation selon laquelle « le catéchuménat baptismal est le modèle dont s’inspire toute l’action catéchétique » (Directoire général de la Catéchèse, DGC n° 90).

L’intérêt de la démarche demande un temps d’arrêt sur la problématique de ces journées introduite par le professeur Jean-Louis Souletie (ICP). Il a proposé à l’assemblée l’hypothèse de travail suivante : ce qui unit catéchuménat et catéchèse, n’est-ce pas justement que ces deux démarches s’appuient sur la sacramentalité de l’Eglise ?

Lire la suite : Catéchuménat et catéchèse, nouvelles perspectives - Assises internationales du Catéchuménat Paris 2010

   

Que deviennent les néophytes ?

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Dr. Joël MORLET et Mme Christine GILBERT (avec les étudiants de l’ISPC)

Le souci des responsables catholiques en France est que beaucoup d’adultes, aujourd’hui nombreux (entre 2 et 3000 chaque année), récemment baptisés semblent perdre pied une fois les sacrements de l’initiation, et en particulier le baptême, reçus. « Après le baptême, on ne les voit plus » entend-on. Derrière cette remarque, se profile la déception des paroisses quant aux attentes de participation qu’elles nourrissaient vis-à-vis de ces nouveaux venus : essentiellement, participation à la messe du dimanche et participation plus générale aux activités paroissiales.

Dans les revues pastorales et les rencontres, une réflexion pastorale s’élabore qui porte sur ces néophytes : ont-ils réellement perdu pied ou leur persévérance est-elle différente de ce que nous croyons ? Faut-il être plus attentif au fait qu’ils sont encore en croissance ? Que signifie s’agréger à une communauté ecclésiale ? Mais le questionnement se porte rapidement vers l’Église et les communautés, en particulier paroissiales, qui la représentent : comment les néophytes sont-ils accueillis et entendus ? N’y a-t-il pas à entendre et apprendre quelque chose du monde moderne dont ils sont ? Dans quelle mesure les paroisses sont-elles prêtes à changer pour réellement faire communauté avec eux ? Plus globalement la question est celle de l’équilibre entre chemin personnel et expérience communautaire.

Lire la suite : Que deviennent les néophytes ?

   

Page 2 sur 2