Mappemonde Europe Asie Amérique Afrique Océanie
Recevoir la newsletter

Logo ICP

Logo ISPC

Le catéchuménat en Russie

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Du 29 janvier au 1er février 2013 a eu lieu un Congrès National sur le Catéchuménat à St Petersbourg, en Russie. A cette occasion, une enquête préalable a été réalisée. Quelques éléments de réponses à cette enquête permettent d’avoir un écho du catéchuménat en Russie. Merci à Sr Thérèse Kanacry, fmm, de nous le partager.

Archidiocèse de la Mère de Dieu à Moscou.

Dans cet archidiocèse il y a trois régions : centrale, Nord –Ouest et Ouest. Deux régions ont pu répondre à l’enquête. Le catéchuménat en général est institué dans les grandes paroisses, et de manière partielle et individuelle dans les petites paroisses. En 2012, il y a eu 126 baptêmes d’enfants, 16 baptêmes de jeunes et 92 baptêmes d’adultes.

Les catéchumènes viennent d’un milieu athée et d’un milieu où les aïeuls et les grand-mères étaient souvent croyants - ou de milieu indifférent – mais parfois avec une sympathie pour les catholiques. Les catéchumènes sont russes ou d’origine étrangère, allemande, polonaise, lituanienne… Ils sont de différents âges (jeunes étudiants, adultes, personnes plus âgées…). Il y a des ouvriers, mais le plus souvent ce sont des représentants de “l’intelligentzia postsoviétique”. Ils représentent un certain niveau social et ont de l’intérêt pour l’Occident.

La durée de la préparation au baptême va de 9 mois à 2 ans.

Toutes les paroisses sont appelées à présenter, au début de l’année scolaire en Septembre, la liste des noms à l’Évêque pour qu’ils commencent le catéchuménat proprement dit. Durant le temps du Carême ont lieu l’Élection1 et les scrutins. Le baptême est célébré lors de la Vigile Pascale. Bien sûr, il y a des exceptions, mais il faut toujours l’accord de l’Évêque.

Les pratiques sont diversifiées :

Dans la paroisse de l’Immaculée, l’évangélisation et le précatéchuménat durent de 6 à 10 mois, le catéchuménat 7 mois qui finit par la Vigile pascale. La préparation consiste normalement en rencontres du catéchumène avec un accompagnateur de la paroisse - des conversations initiales pour éclairer les motivations de la personne et ses possibilités -, en un temps d’initiation dans un groupe pour commencer la période précatéchuménale d’évangélisation, puis ensuite, après la célébration de l’Entrée en catéchuménat dans la paroisse, a lieu la catéchèse du Credo, de la vie liturgique, des commandements et de la prière chrétienne (Catéchisme de l’Église Catholique, Compendium…).

Dans la paroisse Ste Catherine (St Petersbourg), le précatéchumenat est, au début, individuel et ensuite en groupe (une durée de 3 à 5 mois). Un programme spécifique suit pour le temps du catéchuménat. Les accompagnateurs participent aux rencontres de catéchèse des catéchumènes. Les points importants du cheminement, selon les responsables, sont la nécessité de la conversion personnelle puis, selon les possibilités du catéchumène, l’intégration dans un groupe de prière, dans un groupe de préparation, la participation à la liturgie paroissiale et à des célébrations paraliturgiques, la lecture de la Bible et notamment de l’Évangile. Des supports catéchétiques sont également utilisés, comme des films par exemple. Tous soulignent l’importance de prier avec et pour les catéchumènes. Le témoignage personnel de la présence du Christ Ressuscité dans la propre vie du catéchiste est important. Dans plusieurs paroisses, les catéchumènes rencontrent occasionnellement l’évêque pendant sa visite pastorale, parfois à l’occasion du pèlerinage de la paroisse à la cathédrale. À Moscou et à St Petersburg, cette rencontre a lieu pendant la célébration d’Entrée en catéchuménat ou pendant la célébration de l’Appel décisif. Il n’y a pas de rencontres personnelles avec l’évêque.

Les catéchumènes sont ouverts à tout, ils veulent tout savoir du christianisme. Ils désirent « la rencontre avec le mystère ». Le silence, les prières, la beauté de l’Église catholique les attirent et les aident. Voici un écho de leurs questionnements : « Qu’est-ce que la foi peut me donner ? Quelle aide pour ma vie quotidienne puis-je obtenir de la foi ? Et comment croire ?... » Ces questionnements touchent à la catéchèse - « Comment prouver l’existence de Dieu ? Comment les sacrements agissent-ils ? Pourquoi la souffrance ?... » -, à la morale et à la vie quotidienne du chrétien – « Pourquoi Dieu nous punit-Il ? Pourquoi les commandements ont- ils un caractère absolu ? Surtout par rapport à la morale de la famille, du mariage… -, à la division des Églises - « En quoi le catholicisme diffère-t-il des autres confessions chrétiennes? Pourquoi la division entre les Églises ? »… -, à la spécificité du christianisme – « Quelle différence entre le christianisme et les autres religions?, Quelle position devons-nous prendre vis-à-vis de la magie, des superstitions ? Comment se comporter dans l’Église ?...

L’accompagnement de la paroisse est important : l’accueil inconditionnel, l’intégration dans la communauté paroissiale, les groupes de prières et autres… Mais aussi des projets pensés et réalisés ensemble, la participation des membres de la paroisse au processus catéchuménal, leur prière pour les catéchumènes, l’occasion de partages sur l’expérience de la foi (le témoignage de la foi vive dans les lieux de vie et de travail des paroissiens), la présentation du mystère de l’Église et de la fragilité de ses membres, l’éveil à la responsabilité dans l’Église locale.

Il y a néanmoins des difficultés :

. Du côté des catéchumènes : trouver le temps libre et se décider pour prendre le « rythme » du catéchuménat (distances, exigences du travail / des études). Il y a un manque de régularité. Les catéchumènes ont aussi du mal à mettre les questions de la foi en première place dans leur vie. Dans un milieu sécularisé, la conversion profonde - changer sa mentalité, accepter les valeurs de l’Évangile – n’est pas évidente.

. Du côté des accompagnateurs/parrains-marraines : ils manquent souvent de formation chrétienne adéquate. Parfois ils ne comprennent pas la nécessité de la prière et du contact régulier avec les catéchumènes, du besoin de ceux-ci d’avoir un modèle de témoignage de vie chrétienne. Parfois même ils éprouvent des difficultés de communication.

. Du côté des catéchistes, les questions sont nombreuses : comment présenter les sacrements de l’Église ? Comment aider les catéchumènes à établir le vrai contact avec le Dieu Vivant ? Comment donner un enseignement complet et vrai, sans se cantonner à ce que les catéchumènes voudraient entendre ? Comment les aider à appliquer ce qu’ils apprennent à leur vie ? Que faire pour qu’ils ne disparaissent pas de la vie de la paroisse ? Comment organiser une période de Mystagogie ?

 

Diocèse de St Joseph à Irkutsk  ( Sibérie)

En 2012, certaines paroisses n’ont pas eu de baptême, d’autres en ont eu : au total ont été baptisés 6 enfants, 2 jeunes et 8 adultes. Les catéchumènes viennent de milieux différents : athées, non pratiquants, protestants ou orthodoxes. Ils sont travailleurs, étudiants, intellectuels ; ils se situent dans la classe moyenne ou pauvre, plus rarement riche. Les questions qu’ils posent concernent souvent Dieu, le sens de la vie, l’amour, la différence entre les religions (le chamanisme), entre les confessions chrétiennes (le problème de la division de l’Église), l’histoire de l’Église (pourquoi l’Église, les pratiques ecclésiales, le célibat des prêtres…), le péché (la confession), les rites, la prière, l’éternité, la raison de la venue en Russie des missionnaires (ceux qui les enseignent)…

Les étapes du Rituel de l’Initiation Chrétienne des Adultes (RICA) sont mises en œuvre, la préparation pouvant durer entre quelques semaines et 2 ans. Pour les premiers contacts, des rencontres individuelles sont proposées, des rencontres de groupes de catéchèse, des rencontres informelles : prendre le thé ensemble, entrer en relation avec les paroissiens, les cours Alfa, l’invitation à la messe, à certaines activités, au visionnage de films, des lectures (petit catéchisme catholique, introduction au christianisme, ce que doit savoir un catholique, revues...). Les paroissiens aident les catéchumènes en essayant de répondre à leurs questions, ils les rencontrent d’une façon informelle après la messe du Dimanche. Les parrains et marraines participent aux rencontres catéchétiques des catéchumènes, prient pour eux individuellement et en paroisse,, donnent leur témoignage personnel et organisent des retraites spirituelles. En général, il n’y a pas de rencontre avec l’évêque, sauf pendant la visite pastorale, lors de la liturgie et la rencontre avec les paroissiens.

Ce qui est important dans le chemin catéchuménal, c’est la prise en compte du temps et la régularité. Il s’agit aussi de nouer des relations, des amitiés. Le soutien des parrains et marraines et de l’accompagnateur, la rencontre régulière avec un prêtre sont  essentiels, comme la prière et la participation à la liturgie. Les catéchumènes découvrent leur capacité à changer de vie et qu’ils font partie de l’Église – des personnes humaines qui s’entraident, une famille -, et enfin que le chemin vers le Seigneur est difficile par rapport au mode de vie de la société, mais plein de joie.

Du côté des accompagnateurs, on ne comprend pas toujours le sens d’une préparation longue et il y a un manque de formation et de matériau catéchétique. Le temps manque également et l’irrégularité comme l’impatience ne sont pas rares. Le rôle des parrains/marraines est essentiel comme responsables du suivi du catéchumène, pour répondre à ses questions, prier pour lui, l’orienter, témoigner, conseiller, soutenir…

 

Diocèse de St Clément à Saratov, au sud de la Russie.

Le nombre de baptisés est différent selon les paroisses. Dans certaines paroisses, il y a beaucoup de baptêmes d’enfants, dans d’autres des baptêmes de jeunes et dans d’autres encore des baptêmes d’adultes. Dans ces dernières, le RICA est utilisé soit dans sa globalité, soit partiellement en n’utilisant que quelques-uns de ses éléments. La préparation au baptême se fait d’une façon individuelle, durant une année scolaire.

Beaucoup de demandes viennent de membres de l’Église orthodoxe. Ils sont baptisés mais non évangélisés. Parmi eux, il y a beaucoup d’étudiants et d’intellectuels. Les demandeurs de baptêmes s’intéressent à la culture catholique, à ses traditions. Pour ceux qui viennent d’un milieu orthodoxe, la question est souvent celle de la différence entre les catholiques et les orthodoxes. Quant aux musulmans, c’est la question de Jésus Dieu et homme qui se pose.

Un premier contact s’établit par des visites à la paroisse pour découvrir la vie paroissiale, la lecture de livres sur la foi chrétienne, la culture chrétienne, la vie de Jésus Christ, les saints... La rencontre personnelle est très importante durant cette période, ensuite les personnes sont invitées à participer aux rencontres dans les groupes. La paroisse prie pour elles à partir du moment où elles commencent le catéchuménat, et elles sont invitées aux événements importants vécus par la paroisse.

Les principales découvertes faites par le catéchumène sont le passage du ritualisme à la vie spirituelle et la rencontre avec d’autres chrétiens. Pour le baptême des adultes, les parrains et marraines ont seulement un rôle de témoins et n’ont pas de responsabilités, ils assurent seulement un soutien par la prière et l’accompagnement pour entrer dans la vie paroissiale. Dans certaines paroisses, les parrains et marraines assurent un soutien spiritual et humain. Quand l’évêque  visite la paroisse, il rencontre les catéchumènes et les néophytes.

Il y a des difficultés quant à la constance et la régularité, quant au doute aussi de la part des amis et des membres de la famille, quant à la pratique de la vie chrétienne et vis-à-vis du langage d’Église. Les parrains et marraines ne comprennent pas vraiment leur rôle, les catéchistes ont de la difficulté pour préparer une rencontre pour des participants aux divers niveaux de connaissance religieuse et pour suivre un programme quand les catéchumènes ne sont pas réguliers.

 

Diocèse de la Transfiguration  à Novocibirck  (Sibérie  centrale)

Nombre de baptisés : Enfants : 25, jeunes : 3, adultes : 9.

La préparation au baptême dure un an en utilisant le RICA, mais pas dans toutes les paroisses, cela viendra petit à petit.

Les personnes qui demandent le baptême viennent d’un milieu orthodoxe, protestant, catholique, musulman ou athée. En général, ce sont des personnes de milieu travailleur, pensionnaires ou sans registration.

Les questions qu’elles posent : « Comment se faire baptiser, comment puis-je connaitre Dieu?... » Il y a beaucoup de questions sur l’inquisition, les croisades, les indulgences. D’autres questions concernent le cheminement vers le baptême : « C’est quoi la Vérité ? Pourquoi la division des chrétiens? Quelle Église est vraie ? »…

Pour un premier contact, une rencontre personnelle est proposée, également la lecture du Nouveau Testament, une invitation a la messe, aux rencontres des jeunes ( pour les jeunes) et une invitation pour visionner et analyser un film….

La communauté paroissiale s’intéresse aux catéchumènes par la responsabilité donnée aux accompagnateurs, mais aussi par la prière et en restant attentive à une approche fraternelle - rencontre avec ceux qui commencent et ceux qui se posent des questions sur la foi, relation personnelle entre catéchumènes et paroissiens et prêtres -, en restant attentive aussi au témoignage de vie chrétienne qu’elle donne. Elle soutient les néophytes, les invite aux célébrations liturgiques, demande un service à la paroisse, à la bibliothèque. Les groupes de prière prient pour les personnes en cheminement.

Car ce qui est important dans le processus catéchuménal, c’est l’accueil de la personne dans le respect de son cheminement personnel, la prière liturgique avec la communauté, la durée : il faut du temps pour acquérir un expérience de vie chrétienne dans l’Église, pour faire l’expérience d’une rencontre personnelle avec le Christ. L’ouverture des paroissiens aux catéchumènes est essentiel et donc la création d’une atmosphère amicale, fraternelle dans la paroisse. Le témoignage de vie chrétienne des paroissiens, des prêtres et des religieuses compte aussi beaucoup.

La préparation par étapes mène le catéchumène à une expérience de vie spirituelle  par laquelle il apprend à rencontrer Dieu miséricordieux et aimant chacun et la réalité de la rédemption du sacrifice du Christ. Ce cheminement lui donne la perspective d’une vie nouvelle à vivre, ouverte à l’infini mais aussi ouverte à l’Église, et une compréhension claire de ce que veut dire compter sur le Seigneur et lui faire confiance. Dans le respect du témoignage de vie chrétienne des paroissiens, des prêtres et des religieuses, mais aussi de toutes les religions. Les catéchumènes découvrent aussi que l’Église catholique n’est pas une Église de l’Occident mais une Église universelle.

Il y a des difficultés dans l’accompagnement : difficulté pour les catéchumènes d’accueillir l’enseignement moral de l’Église et ses exigences qui accompagnent la vie de foi. Le langage des catéchistes et celui des catéchumènes se situent souvent à différents niveaux et il y a des problèmes de compréhension de certaines vérités. Ce qui a de la valeur pour un chrétien (la messe du Dimanche par exemple) n’a pas encore de valeur pour le catéchumène. Il y a une irrégularité de présence dans les rencontres, les gens n’ayant pas assez de temps pour suivre le cheminement catéchuménal. Les catéchumènes doivent faire face à des réactions négatives de la part des membres de leur famille, de leurs amis. L’union à l’Église Catholique de la part d’orthodoxes est notamment considérée comme une traîtrise.

Le rôle de l’accompagnateur est d’accompagner dans des rencontres interindividuelles, dans la prière, de donner des conseils, d’éveiller l’intérêt, d’être témoin des valeurs de la vie chrétienne, d’être soutien sur le chemin vers le Christ-lumière, pour vivre la vie d’Église, d’aider le catechumène reste fidèle à son choix. Quant au parrain, il est le témoin de la foi et l’accompagnateur du catechumène dans la vie chrétienne, plus spécialement durant le moment des épreuves.

Il n’y a pas de rencontres spécifiques des catéchumènes et des néophytes avec l’évêque, cela peut cependant arriver dans certaines paroisses, lors de la visite pastorale de l’évêque.